Et nous voilà à Deba à « la oficina de turismo » con Jean bien mal fichu à cause d’un début d’angine, qui évolue vite en crève.  La  senõrita du tourisme veut voir la bobine à nous tous avant de réserver pour nous à l’auberge communale qui fait partie du bâtiment de la gare : original et sympa. Gourou part à toute vitesse vers les autres en voiture  et a la chance de les intercepter. Il leur économise ainsi  les 3 derniers Km, que personne ne regrette, cause cagnard basque !. Ce qui nous permet d’avoir réservations et clé pour accéder au refuge. Accueil « ruidoso » et sympa.

DSCF5373

Avec Maurice nous avons charrié le sac  transporté par la voiture, une anse chacun, tandis  que, de la main gauche, il portait mon satané appareil respiratoire. Arrivée dans le dortoir au premier étage après les autres, je cherche désespérément l’ appareil : » nada de nada ! ». Quelqu’un l’avait volé, pèlerin ou profiteur ?, pendant notre réception, croyant probablement que la valisette noire recelait quelque trésor, type ordinateur ou matériel photo dernier hurlement. Je ne dis pas la nuit que j’ai passée ! Quand il découvrira la réalité, que va faire  el ladron ? Jètera-t-il le machin dans les fourrés ou même dans l’océan?

DSCF5375

En traversant Zarolt

DSCF5386

Et Pierre admire la jolie maison qui offre une vue splendide au pèlerin qui chemine!

DSCN7750

DSC06672

DSCN7761

...Réponse à l'étape suivante!